Sommaire

 

Plus un individu consomme de l'alcool en quantité et/ou de façon fréquente, plus les risques de troubles pour sa santé sont accrus. C'est pourquoi, il est important de contrôler ou de faire contrôler son alcoolémie, en particulier avant de prendre le volant.

Lire l'article Ooreka

Alcoolémie : définition

L'alcoolémie désigne le taux d'alcool présent dans le sang. Il peut être mesuré par un éthylotest ou un alcootest. Vous pouvez effectuer vous-même ce contrôle avant de prendre le volant. Cependant, pour limiter le nombre d'accidents de la route, la police effectue de plus en plus de contrôles aléatoires.

Le taux légal en France est de 0,5 gramme par litre de sang. Une personne qui est testée au-delà de 0,5 g/l de sang au volant d'un véhicule est passible d'une amende, d'un retrait de points, ou même d'une suspension de permis.

Dans d'autres pays, ce seuil légal peut varier. Il est donc important de connaître la législation en vigueur si vous voyagez et si vous êtes un consommateur régulier de boissons alcooliques.

Lire l'article Ooreka

Dépistage de l'alcoolémie

Afin de mettre en application la loi sur l'alcool, il est nécessaire de pratiquer des tests pour vérifier si une personne est ou n'est pas en infraction. C'est pourquoi, il est fréquent de voir des agents de sécurité pratiquer le dépistage de l'alcoolémie sur la route.

Les contrôles n'ont pas lieu qu'en état d'ivresse avérée : il est aussi courant que les forces de l'ordre procèdent de façon aléatoire à des dépistages auprès des automobilistes, afin de renforcer la sécurité routière.

Les conducteurs et les accompagnateurs d'élèves conducteurs sont susceptibles d'être dépistés à tout moment.

Lire l'article Ooreka

Contrôler son alcoolémie

Pour éviter des sanctions, il est aussi possible de faire un test soi-même en achetant un éthylotest ou alcootest : vous pourrez ainsi savoir si vous êtes en mesure de prendre le volant ou non.

Les autres instruments de mesure de l'alcoolémie sont :

  • l'éthylomètre électronique ;
  • la prise de sang chez le médecin ou dans un service hospitalier.

Alcoolémie : dispositif d'antidémarrage par éthylotest

L'éthylotest antidémarrage (EAD) est un dispositif qui impose aux conducteurs de souffler dans un éthylotest couplé au démarreur. Le démarrage du véhicule n'est possible que si le taux d'alcool mesuré est inférieur au seuil fixé.

L'article R. 233-1 du Code de la route impose au conducteur de présenter à toute réquisition des agents de l'autorité compétente les documents attestant de l'équipement du véhicule d'un dispositif homologué d'antidémarrage par éthylotest électronique et de la vérification de son fonctionnement, lorsque le conducteur :

  • a été condamné à une peine d'interdiction de conduire un véhicule qui ne soit pas équipé par un professionnel agréé ou par construction d'un tel dispositif ;
  • est soumis à l'obligation de suivre un programme de réhabilitation et de sensibilisation comportant l'installation à ses frais d'un EAD sur son véhicule aux termes d'une composition pénale (article 41-2 du Code de procédure pénale) ;
  • doit s'abstenir de conduire un véhicule qui ne soit pas équipé, par un professionnel agréé ou par construction, d'un dispositif homologué d'EAD, au terme d'une mise à l'épreuve (article 132-45 du Code pénal) ou dans le cadre d'un contrôle judiciaire (article 138 du Code de procédure pénale) ;
  • fait l'objet d'une décision de restriction d'usage du permis de conduire par l'autorité administrative compétente en application des articles R. 221-1-1 et R. 226-1 du Code de la route ;
  • fait l'objet d'une décision du préfet restreignant le droit de conduire. En effet, lorsqu'il est constaté chez un conducteur des pratiques addictives liées à l’alcool, le préfet peut lui délivrer un permis de conduire comportant l'obligation de conduire un véhicule équipé d'un EAD et de suivre un stage spécifique dans un établissement spécialisé en addictologie. Le permis délivré avec obligation de conduire un véhicule équipé d'un EAD a une validité de 6 mois à 1 an. Le stage s'étend sur la période de 6 mois à 1 an correspondant à la durée de la prescription de l'EAD (arrêté du 21 décembre 2005 modifié par arrêté du 20 mars 2019).

Aussi dans la rubrique :

Dangers de l’alcool

Sommaire