Alcoolisation

Écrit par les experts Ooreka

L'alcoolisation excessive est un phénomène de plus en plus fréquent. C'est pourquoi il est très important de connaître les risques encourus et les limites à ne pas dépasser.

Alcoolisation

L'alcoolisation, c'est quoi ?

Sous le mot « alcoolisation », on trouve plusieurs définitions :

  • « L'alcoolisation est un procédé qui consiste à introduire de l'alcool dans un liquide. Exemple : lorsque l'on fait un cocktail et que l'on introduit du rhum ou de la vodka dans le jus de fruits. »
  • « L'alcoolisation est la réaction chimique qui, par fermentation (de fruits, de céréales ou de racines) entraîne une quantité d'alcool (éthanol). »
  • L'alcoolisation désigne l'état d'un individu qui a consommé trop d'alcool : l'alcoolisation est alors synonyme de l'intoxication de l'organisme par l'alcool. C'est cette définition que nous retiendrons.

À noter : lorsqu'une femme enceinte boit, elle peut développer un syndrome d'alcoolisation fœtale (SAF) ou intoxication par l'alcool de l'embryon ou du fœtus.

Alcoolisation : quel est le seuil critique ?

Le seuil d'alcoolisation établi par l'OMS est celui-ci :

« L'alcool n'est pas un produit indispensable au fonctionnement de l'organisme. En cas de consommation, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de ne pas dépasser :

  • 3 verres de boisson alcoolisée par jour pour les hommes ;
  • 2 verres pour les femmes ;
  • et de réserver un jour par semaine sans alcool. »

Ces quantités ne s'appliquent que pour les personnes en bonne santé et ne concernent pas :

  • les enfants/adolescents ;
  • les femmes enceintes et les femmes qui allaitent ;
  • les personnes qui ont un système immunitaire affaibli ;
  • les personnes malades et sous traitement médicamenteux (pour éviter les interactions) ;
  • les personnes âgées.

Conséquences de l'alcoolisation

Si l'on sait que les problèmes de santé liés à l'alcool touchent souvent le foie (cirrhose, cancer, etc.), de nombreux autres troubles de la santé sont directement liés à l'alcoolisation.

À long terme

Les principaux risques de l'alcoolisation excessive sont :

  • l'augmentation de la pression artérielle, incluant un risque d'hypertension ;
  • l'augmentation des risques de maladies de type AVC et infarctus du myocarde ;
  • l'augmentation des autres types de cancers : œsophage, côlon, sein chez la femme ;
  • les troubles mentaux et psychologiques : troubles de la mémoire, dépression, syndrome de Korsakoff, etc.

Les risques sont encore plus élevés quand il y a consommation simultanée de tabac ou la prise de pilule contraceptive.

À court terme

À plus court terme, on note des accidents liés à l'abus de boissons alcoolisées en une seule soirée (binge drinking) comme :

  • la « gueule de bois » ;
  • le coma éthylique ;
  • dans les cas extrêmes, la mort subite.

Lorsque l'on associe l'alcoolisation de l'organisme aux drogues ou aux médicaments, les risques sont accrus.

Enfin, il ne faut jamais prendre le volant après une alcoolisation trop importante.

Bon à savoir : d'après l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies, « l'alcool est la 2e cause de mortalité prématurée en France ».


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
peggy caperet

cabinet de psychologie - psychothérapie à paris

Expert

emma rahari

psychologue | ecoute active, approche humaniste

Expert

Vd
véronique de lagausie

psychologue, psychothérapeute

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.