Alcoolisation fœtale

Écrit par les experts Ooreka

Il est très fortement recommandé aux femmes enceintes d'arrêter de consommer de l'alcool dès la connaissance de leur grossesse. En effet, les risques de l'alcool sur la santé de la mère et celle du bébé sont importants. L'une des conséquences les plus graves causées par l'alcool est le syndrome d'alcoolisation fœtale.

Alcoolisation fœtale : qu'est-ce que c'est ?

L'alcoolisation fœtale, ou SAF, est une conséquence de l'alcoolisation de la mère pendant la grossesse : l'embryon ou le fœtus est intoxiqué par l'alcool, ce qui perturbe le développement de ses organes. Ses conséquences physiques et neurologiques sont malheureusement impressionnantes et irréversibles.

Ce syndrome est le résultat d'une alcoolisation excessive durant la grossesse. Le seuil est fixé à plus de 6 verres d'alcool chaque jour ou 45 verres par mois.

Chaque année, environ 8 000 bébés victimes du syndrome d'alcoolisation fœtale naissent en France.

Conséquences de l'alcoolisation fœtale

Symptômes de l'alcoolisation fœtale

Le syndrome d'alcoolisation fœtale (SAF) se traduit souvent par un ou plusieurs des symptômes suivants :

Alcoolisation fœtale
  • problèmes de dysmorphie faciale ;
  • retard de croissance ;
  • malformations de la boîte crânienne et de l'encéphale ;
  • troubles nerveux ;
  • anomalies au niveau du système nerveux central :
    • retard de développement ;
    • déficience intellectuelle ;
    • troubles de l'apprentissage ;
    • hyperactivité ;
    • troubles de l'attention ;
    • troubles de la mémoire ;
    • difficulté à gérer sa colère.

Dans certains cas, on parle de SAFP, qui correspond au syndrome d'alcoolisation fœtale partiel : les troubles sont moins développés, mais restent néanmoins préoccupants.

Troubles associés

Si le SAF est le syndrome le plus développé chez le fœtus, il existe d'autres troubles et anomalies, parmi lesquels :

  • Les troubles neuro-développementaux liés à l'alcool (TNDLA) qui peuvent se traduire par une déficience mentale et des troubles neuromoteurs.
  • Les anomalies congénitales liées à l'alcool (ACLA).

À noter : outre les problèmes liés au développement de l'enfant, il n'est pas exclu que les enfants dont les parents ont été dépendants à une drogue ou à l'alcool développent également une tendance à une de ces addictions à l'âge adulte.

Risques de l'alcoolisation chez la mère et chez l'enfant

Les risques de la consommation d'alcool s'inscrivent à tous les niveaux et tout au long de la grossesse :

  • Risques pour la mère : grossesse difficile, accouchement avec complications, fausse couche, etc.
  • Risques pour le fœtus : in utero, le fœtus pas totalement formé n'a pas les organes à maturation pour éliminer l'alcool et les autres toxiques (notamment cigarettes et certains médicaments). Risque majeur du Syndrome d'Alcoolisation Fœtale (SAF).
  • Risques pour le bébé : naissance prématurée. L'alcool absorbé par la mère peut aussi avoir des conséquences sur le poids et la taille du bébé, etc.
  • Risques chez l'enfant : les conséquences s'échelonnent tout au long de la croissance de l'enfant, car il est souvent sujet à des maladies et des problèmes de croissances directement liés à l'alcool absorbé par sa mère durant la grossesse.

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
gisèle watbled

sophrologue, expert: acouphène,sommeil, parkinson | cabinet de consultation sophrovie.g.w.

Expert

marie- hélène etoc

psychothérapie , sophrologie , gestion du stress . | psy morbihan-formatrice control feeling

Expert

marion alisse

psychanalyste-praticienne en psychotherapie | psychothérapie sceaux - psychanalyse et psychoth

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.