Sommaire

Outre l'alcoolisme chronique, l'éthylisme peut apparaître sous forme d'alcoolisme aigu. De quoi s'agit-il ? Quelles en sont les conséquences ? Comment le ? Explications.

Lire l'article Ooreka

Qu'est-ce que l'alcoolisme aigu ?

L'alcoolisme aigu est une surconsommation occasionnelle de boissons alcooliques entraînant un degré d'alcoolisation très élevé :

  • Contrairement à l'alcoolisme chronique qui ne saute pas forcément aux yeux, l'alcoolisme aigu se repère facilement. En effet, chez un buveur occasionnel, les symptômes d'une intoxication alcoolique aiguë sont très visibles.
  • Même si l'alcoolisme aigu touche toutes les tranches de la population, les jeunes sont particulièrement touchés : c'est ce que l'on appelle le « binge drinking ».
  • Contrairement aux idées reçues, l'alcoolisme aigu n'est pas moins dangereux que l'alcoolisme chronique : les dangers sont bien plus immédiats et violents.

Conséquences de l'alcoolisme aigu

Si la dépendance à l'alcool n'est pas forcément avérée dans le cas de l'alcoolisme aigu, ce type d'éthylisme présente des conséquences dangereuses pour la santé :

  • le coma éthylique ;
  • les accidents de la route ;
  • les troubles liés à l'ivresse sur la voie publique (vols, agressivité, viols, détérioration de matériel...) ;
  • la « gueule de bois » du lendemain avec : maux de tête, nausée, bouche pâteuse ;
  • les séquelles liées aux dommages occasionnés au niveau du cerveau qui peuvent être irréversibles.

De plus, l'alcoolisme aigu peut, chez certains, très rapidement se transformer en alcoolisme chronique : la dépendance à l'alcool est alors avérée.

Il faut donc savoir que lorsque l'alcoolisme aigu devient trop répétitif, les troubles sur la santé s'apparentent à ceux d'un alcoolisme chronique.

Autres conséquences physiques

La succession d'épisodes d'alcoolisme aigu, c'est-à-dire la multiplication de prises d'alcool en excès, peut présenter à terme les mêmes risques que l'alcoolisme chronique :

Conséquences psycho-émotionnelles

Les conséquences aux niveaux psychique et social sont :

  • le delirium tremens ;
  • les troubles du comportement ;
  • les sautes d'humeur et la dépression ;
  • l'agressivité ;
  • éloignement amical et familial ;
  • difficultés au travail ;
  • les troubles de la mémoire, etc.
Lire l'article Ooreka
Lire l'article Ooreka

Comment soigner l'alcoolisme aigu ?

Si l'état d'alcoolisme aigu se répète régulièrement, le buveur peut commencer à présenter les signes précurseurs d'une dépendance psychologique à l'alcool. Des mesures doivent être prises pour ne pas dériver vers l'alcoolisme chronique.

Il est donc fondamental d'aider la personne à entamer un dialogue serein. Pour cela :

  • Il existe des services d'alcoologie gratuits ouverts aux jeunes et permettant d'avoir une réponse médicale sur les dangers de l'alcool à moyen/long termes.
  • On peut l'amener, dans la mesure du possible, à consulter un professionnel – médecin traitant, addictologue, etc. – pour arrêter de boire.
  • Ce traitement devra être accompagné d'un suivi psychologique : à part dans le cas de l'alcoolisme mondain, personne ne boit à l'excès sans raison.

L'Inserm insiste sur la nécessité, pour éviter la rechute, de recourir à diverses techniques aussi bien psychothérapeutiques que médicamenteuses, en passant par la remédiation cognitive, la réhabilitation sociale et la prise en charge des comorbidités.

Lire l'article Ooreka

Comment réagir en cas d'alcoolisation aiguë ?

Dans le cas d'un alcoolisme aigu ponctuel, il est bon de connaître les différents « remèdes » qui limiteront les effets secondaires de l'alcoolisation excessive :

  • Face à une personne en état d'ébriété, la première chose à faire est de l'empêcher de boire plus.
  • Adopter un langage rassurant, en particulier en cas de troubles de l'humeur.
  • Ne jamais laisser seule une personne qui a trop bu.
  • Interdisez-lui de prendre le volant.

Face à une personne qui présente les symptômes suivants, adoptez le bon réflexe en appelant les secours (15, 18 ou 112) :

  • des vomissements ;
  • des maux de tête violents ;
  • d'importants maux de ventre ;
  • une suspicion d'association à des médicaments.
Lire l'article Ooreka

Ces pros peuvent vous aider