Boire et conduire

Écrit par les experts Ooreka

L'alcool doit être consommé avec modération. Il est encore préférable de s'en passer dès lors que l'on doit prendre le volant ou, du moins, de respecter le seuil autorisé afin d'éviter un accident. Entre boire et conduire, il faut choisir.

Quels sont les effets de l'alcool sur la conduite ? Quels sont les risques encourus en cas de délit ?

Boire et conduire

Boire et conduire : effets de l'alcool sur le conducteur

L'alcoolisation peut avoir de nombreuses répercussions sur le conducteur :

  • un ralentissement ou une perte de ses réflexes ;
  • des sens altérés (vision floue, audition faible, etc.) ;
  • des troubles de l'attention ;
  • des somnolences ;
  • une évaluation faussée des distances.

Boire et conduire : accidents matériels et corporels

Comme le soulignent le slogan « boire ou conduire, il faut choisir » et les campagnes de prévention de la sécurité routière, la conduite fait mauvais ménage avec l'alcool.

  • Dans le meilleur des cas, l'accident peut être matériel.
  • Malheureusement, les accidents de la route liés à l'alcool sont souvent très graves : ils représentent 30,8 % des accidents mortels sur la route. En 2011, 1 150 personnes ont trouvé la mort dans un accident de la route causé par l'alcool.

Il est important de savoir que le taux d'alcoolémie augmente significativement le risque d'accident mortel :

  • 0,5 g/litre de sang : le risque est multiplié par 2.
  • 0,8 g/l : le risque est multiplié par 10.
  • 1,2 g/l : le risque est multiplié par 35.

Pour prendre le volant en toute sécurité après avoir consommé de l'alcool, il est indispensable d'effectuer un éthylotest. Si vous dépassez le seuil de tolérance fixé par la loi (à savoir 0,5 g d'alcool par litre de sang ou 0,2 g en cas de permis probatoire) :

  • Ne prenez pas le volant.
  • Faites-vous raccompagner.
  • Attendez quelques heures et réalisez un nouveau test d'alcoolémie pour vérifier si celle-ci a baissé.

Que dit la loi sur l'alcool au volant ?

En matière d'alcool au volant, le Code de la route dispose, entre autres, que :

  • « I – Même en l'absence de tout signe d'ivresse manifeste, le fait de conduire un véhicule sous l'empire d'un état alcoolique caractérisé par une concentration d'alcool dans le sang égale ou supérieure à 0,80 gramme par litre ou par une concentration d'alcool dans l'air expiré égale ou supérieure à 0,40 milligramme par litre est puni de deux ans d'emprisonnement et de 4 500 € d'amende.
  • II – Le fait de conduire un véhicule en état d'ivresse manifeste est puni des mêmes peines.
  • III – Dans les cas prévus au I et II du présent article, l'immobilisation peut être prescrite dans les conditions prévues aux articles L325-1 à L325-3.
  • IV – Ces délits donnent lieu de plein droit à la réduction de la moitié du nombre maximal de points du permis de conduire.
  • V – Ces dispositions sont applicables à l'accompagnateur d'un élève conducteur. »

Boire et conduire : les contrôles de police

Lors d'un contrôle de dépistage de l'alcoolémie, le conducteur est dans l'obligation de se soumettre au test, sous peine de poursuites. Il existe deux types de dépistages :

  • Cas de suspicion par un agent de la sécurité routière d'une conduite sous l'empire d'un état alcoolique ou d'une conduite en état d'ivresse (incohérence des mots, haleine...).
  • Cas d'un contrôle aléatoire sur tous les conducteurs sans suspicion particulière sur ceux-ci (opération pour maintenir la sécurité routière).

Boire et conduire : les risques encourus

Si le test d'alcoolémie révèle que le taux est supérieur à 0,5 g (0,2 g pour les titulaires d'un permis probatoire) d'alcool par litre de sang, soit 0,25 mg (ou 0,10 mg) d'alcool par litre d'air expiré, une sanction peut être appliquée par le tribunal correctionnel du lieu où s'est produit l'infraction.

Les peines encourues au regard de la législation française peuvent être notamment :

  • 2 ans de prison maximum ;
  • 4 500 € d'amende ;
  • suspension du permis (voire annulation du permis en cas de récidive) ;
  • confiscation du véhicule ;
  • immobilisation du véhicule (pour une durée de 1 an à plus).

Les peines encourues varient, bien évidemment, en fonction du taux d'alcoolémie du conducteur. Voici un tableau récapitulatif :

Infraction Peines encourues
Alcoolémie supérieure à 0,5 g par litre de sang (0,2 g pour les titulaires d'un permis probatoire)
  • Amende forfaitaire de 135 €.
  • Retrait de 6 points sur le permis.
Alcoolémie supérieure à 0,8 g par litre de sang
  • Risque de 2 ans d'emprisonnement.
  • 4 500 € d'amende.
  • Suspension ou annulation du permis.
Alcoolémie élevée associée à des stupéfiants
  • Risque de 3 ans d'emprisonnement.
  • 9 000 € d'amende.
  • Suspension ou annulation du permis.
Refus de se soumettre au test Mêmes sanctions que pour un taux d'alcoolémie supérieur à 0,8 g/l de sang.

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
virginie pagnier

sophrologue, hypnothérapeute, kinésiologue, | centre de sophrologie et bien être

Expert

SD
safia djoumi

aromathérapeute holistique et coach en nutrition

Expert

iC
isabelle colleau

psychopraticienne, educatrice de la santé | isabelle colleau

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !