Centre alcoologie

Écrit par les experts Ooreka

Suite à une prise de conscience de votre dépendance, lors d'un sevrage, pour faire le point sur votre consommation, ou tout simplement par volonté de vous informer, vous pouvez vous rendre dans un centre en alcoologie. Ce dernier vous apportera une aide à la fois médicale, psychologique et sociale.

Qu'est-ce qu'un centre d'alcoologie ?

Jusqu'en 2007 on distinguait deux types de centres alcoologie :

  • Les centres de cure ambulatoire en alcoologie (CCAA) ;
  • Les centres de soins spécialisés pour toxicomanes (CSST).

Mais depuis, ces deux types de centres ont fusionné pour donner naissance aux centres de soins d'accompagnement et de prévention en addictologie en ambulatoire (CSAPA). Ces centres accueillent toutes les personnes souffrant d'une addiction, ainsi que leur entourage. Il n'existe presque plus de centres spécialisés en alcoologie uniquement : ce sont maintenant des centres en addictologie.

Les CSAPA sont des centres médico-psycho-sociaux, qui regroupent tout le personnel indispensable au sevrage d'une addiction : médecins, psychologues, alcoologues, travailleurs sociaux, etc. Les consultations avec ces spécialistes sont gratuites.

On peut également y trouver d'autres thérapeutes, à l'intérieur même du centre ou aux alentours, qui pratiquent notamment des médecines douces. Ces dernières peuvent venir compléter les soins médicaux. Ce sont notamment :

Rôle du centre alcoologie

Les missions d'un centre en alcoologie sont multiples :

  • Prendre en charge médicalement et psychologiquement toute personne souffrant d'une addiction.
  • Réaliser une évaluation médicale, psychologique et sociale.
  • Accueillir et informer toute personne se questionnant sur son addiction ou celle d'un proche.
  • Faire un bilan de sa consommation d'alcool, de drogue, de tabac, etc. avec un professionnel.

Outre le traitement des malades atteints d'alcoolisme et notamment d'alcoolisme chronique, les centres ont aussi un rôle préventif et informatif. Il existe des points d'accueil pour les jeunes, dans lesquels l'anonymat est respecté et où chacun pourra être informé des méfaits de l'alcool et des conséquences pour la santé.

Qui peut se rendre dans un centre d'alcoologie ?

Absolument tout le monde peut pousser la porte d'un centre en alcoologie :

  • vous êtes déjà dépendant ;
  • une personne de votre entourage est alcoolique ;
  • vous souhaitez vous renseigner sur l'alcoolisme ou les addictions en général ;
  • vous voulez faire le point sur votre consommation d'alcool avec un professionnel.

Il faut savoir que les CSAPA accueillent gratuitement et anonymement toutes les personnes qui en font la démarche.

Où trouver un centre en alcoologie ?

En France, il existe près de 500 CSAPA répartis sur tous les départements.

Attention, tous les centres ne sont pas encore labellisés CSAPA : certains portent encore le nom de CSST ou CCAA. Cependant, ces derniers sont tout à fait en mesure de vous accueillir et de vous renseigner.

Bon à savoir : pour connaître le centre le plus proche de chez vous, vous pouvez vous renseigner auprès de votre médecin traitant, ou consulter le répertoire des structures spécialisées sur le site Drogues Info Service.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
danièle agostini austerlitz

psychothérapie adulte, enfant, adolescent, couple

Expert

christophe leblond

phytothérapie, aromathérapie et compléments alimentaires | www.phyto-soins.com

Expert

MH
michelle hartemann

professeur agrégé de lettres classiques formateur

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !