Intoxication alcoolique aiguë

Écrit par les experts Ooreka

Lorsque l'alcoolisation atteint un niveau élevé, l'organisme ne peut plus faire face et c'est souvent là que survient l'intoxication alcoolique aiguë, ou coma éthylique. Très fréquente chez les jeunes qui pratiquent le « binge drinking », l'intoxication alcoolique aiguë peut être mortelle.

Qu'est-ce que l'intoxication alcoolique aiguë ?

Le coma en général se caractérise par une perte de conscience et une perte de sensibilité dues à un dysfonctionnement cérébral grave causé par divers facteurs. Dans le cas d'un coma éthylique, c'est un abus de boissons alcooliques qui est en cause :

  • L'alcoolisation a dépassé le seuil de tolérance de l'organisme et a entraîné une intoxication.
  • L'intoxication alcoolique aiguë surgit bien souvent dès que l'individu atteint une consommation située entre 2 et 4 g d'alcool par litre de sang (et plus). Mais attention : nous ne sommes pas égaux face à l'alcool. Certains organismes le tolèrent mieux que d'autres.

Les populations les plus touchées par le coma éthylique sont les jeunes. En effet, l'intoxication alcoolique aiguë est souvent le résultat d'une alcoolisation élevée et rapide, très « prisée » par les jeunes. C'est ce que l'on appelle le « binge drinking » : le but est de mélanger les alcools et d'en boire un maximum en un minimum de temps.

Intoxication alcoolique aiguë

Symptômes de l'intoxication alcoolique aiguë

Heureusement, il est très facile de détecter une intoxication alcoolique aiguë, tant les symptômes sont visibles (et parfois assez impressionnants) :

  • perte du contrôle de ses mouvements ;
  • difficultés à articuler, à s'exprimer ;
  • vomissements violents ;
  • état léthargique ;
  • et endormissement soudain : c'est à ce moment que survient le coma éthylique.

Comment réagir face à une intoxication alcoolique aiguë ?

Si vous vous retrouvez face à une personne en état d'intoxication alcoolique aiguë, il est important de pratiquer quelques gestes simples, qui pourront lui sauver la vie :

  1. Placez la personne en position latérale de sécurité (PLS) : en cas de vomissement, cela permettra d'éviter la fameuse « fausse route », très souvent responsable de décès dans le cas de comas éthyliques. De plus, cela lui empêchera de s'étouffer avec sa langue.
  2. Vérifiez que le patient respire sans gêne : ôter lui tout vêtement ou accessoire qui pourrait la gêner. Limitez au maximum le nombre de personnes autour d'elle.
  3. Appelez les secours (le 18 pour les pompiers ou le 15 pour le samu) : la personne est en sécurité en attendant l'arrivée des secours.
  4. Couvrir la personne : faites en sorte qu'elle n'ait pas froid en particulier si vous êtes dehors. Servez-vous de manteaux ou couvertures afin d'éviter une hypothermie. Attention cependant à ne pas gêner sa respiration.
  5. Restez près de la personne : ne la laissez en aucun cas toute seule.

Intoxication alcoolique aiguë : et après ?

Une fois que les secours sont sur place et qu'ils constatent l'intoxication alcoolique aiguë, ils vont transporter d'urgence le ou la patient(e) à l'hôpital afin de :

  • le mettre en observation ;
  • le réhydrater ;
  • le réchauffer progressivement ;
  • lui administrer un supplément de vitamines ;
  • faire divers examens complémentaires.

Attention : l'intoxication alcoolique aiguë n'est pas anodine et peut laisser de graves séquelles, notamment au niveau des fonctions du cerveau.

Rappelez-vous, l'alcool doit TOUJOURS être consommé avec modération.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
Vd
véronique de lagausie

psychologue, psychothérapeute

Expert

DR
dominique r.

médecin

Expert

MG
maurice gaillard

psychologue et aide aux victimes | psy_vincennes

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !