/ /
/

6 réflexes pour protéger les jeunes de l'alcool

6 réflexes pour protéger les jeunes de l'alcool

Écrit par les experts Ooreka
6 réflexes pour protéger les jeunes de l'alcool

La plupart des adolescents essayeront au moins une fois de boire de l'alcool pendant leurs années au lycée, si ça n'est pas plus tôt. Les parents ont donc un rôle très important à jouer, surtout en amont, pour les sensibiliser aux risques de cette consommation, souvent excessive et dans des contextes inappropriés.

Si de nombreux alcools sont aujourd'hui difficilement disociables de nos traditions et de notre culture, il est d'autant plus important de bien avertir les jeunes générations sur les conséquences de la boisson.

Adoptez très vite les bons réflexes !

Communiquez avec lui

Communiquez avec lui

Avant d'aborder la question des dangers de l'alcool, vous devez avant tout instaurer un climat de confiance avec votre ado. Il saura qu'il peut vous parler de façon sereine et, par la même occasion, vous aussi.

Il est donc important de :

  • passer du temps avec lui ;
  • lui donner vos opinions ;
  • écouter les siennes.

Attention : sachez repérer les symptômes d'une personne à la dérive : tristesse, pertes de mémoire, difficultés d'apprentissage, etc.

Intéressez-vous à sa vie sociale

Intéressez-vous à sa vie sociale

Malheureusement, lorsque les parents restent aux abonnés absents, le jeune cherche un cadre, des repères (positifs et négatifs) autour de lui. Ce qui peut l'amener à faire de mauvaises expériences, pour diverses raisons.

En revanche, lorsque son père et sa mère s'intéressent à sa vie sociale, sans envahir sa vie intime ni l'étouffer de préceptes de vie et conseils sur son comportement, il aurait tendance à se sentir plus responsable, ou à comprendre un peu mieux les conséquences de ses actes.

Impliquez-vous dans sa vie :

  • Sachez avec qui sort votre enfant.
  • Posez-lui des questions sur ses amis.
  • Rencontrez-les à l'occasion, mais toujours avec bienveillance.

Apprenez-lui à dire non à l'alcool

Apprenez-lui à dire non à l'alcool

Votre enfant se trouvera peut-être dans une situation délicate au cours de laquelle ses amis lui proposeront de boire de l'alcool. Il vous faut prévenir ce moment en lui apprenant dès son plus jeune âge à gérer la pression et à dire non.

Donnez-lui confiance en lui :

  • Dites-lui que ce n'est pas grave s'il refuse.
  • Expliquez-lui en revanche, ce qui pourrait lui arriver s'il accepte.
  • Faites-lui comprendre les enjeux de ne pas se laisser influencer.

Bon à savoir : 59 % des élèves de 6e ont déjà bu de l'alcool au moins une fois.

Fixez des limites

Fixez des limites

Depuis son plus jeune âge, la vie de votre enfant est régie par les règles que vous fixez afin de l'empêcher de commettre des fautes graves et de lui permettre de structurer sa vie d'adulte. En ce qui concerne la consommation d'alcool, ces limites sauront l'encadrer le moment venu.

Imposez vos règles sur la consommation d'alcool :

  • Dites-lui qu'il ne peut pas en consommer avant un certain âge.
  • Prévoyez une punition si cette règle est violée.
  • Assurez-vous qu'il sache que vous lui faites confiance.

Bon à savoir : en France, il demeure rigoureusement interdit de vendre de l'alcool aux mineurs de moins de 18 ans, mais des dérives subsistent.

Montrez-lui le bon exemple

Montrez-lui le bon exemple

Il s'avère inutile de lui faire la leçon si vous-même, devant votre enfant, ne montrez pas l'exemple. Votre parole devient alors complètement inefficace.

Votre comportement modèle :

  • Évitez, si vous le pouvez, de boire devant votre ado.
  • Si vous devez boire devant lui :
    • Expliquez-lui vos droits d'adultes.
    • Restez raisonnable.

Bon à savoir : pour rester raisonnable, une femme ne doit pas dépasser deux verres par jour, contre trois pour un homme. Chacun doit respecter, au minimum, une journée sans alcool par semaine. Enfin, si vous ne buvez qu'occasionnellement, il ne faut jamais dépasser quatre verres successifs.

Ooreka vous en dit plus

Ooreka vous en dit plus
© Finemedia

L'alcool fait partie de ces addictions que l'on décelle souvent trop tard, car peu considérées comme de véritables dépendances. À l'adolescence en effet, d'autres problèmes peuvent survenir, et tous, quelle que soit leur intensité, sont à prendre au sérieux. En cette période tumultueuse, les repères sont bouleversés, et les émotions très à vif. Restez discrets, mais vigilant !

Quelques contenus à mettre entre toutes les mains :

Pour aller plus loin, téléchargez gratuitement :

0 commentaire

Vous devez vous inscrire ou vous connecter pour commenter.
Valider

Et vous, vous en dites quoi ?



Autres sujets sur Ooreka


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
salim djelouat

pr. bioclinicien -expert médical -auteur scientifi

Expert

MD
marianne durieux

hypnose holistique et humaniste

Expert

vincent manglano

hypnothérapeute, pnliste, emdr | thérapies brèves & coaching bordeaux

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.